Pôle nature de la Pierre de Crazannes

Situées sur la commune de Crazannes, les carrières de Crazannes sont accessibles soit par l’autoroute qui rejoint Saintes-Rochefort et qui porte le joli nom d’Autoroute des Oiseaux, soit par les routes départementales en s’arrêtant sur la commune de Crazannes. Bien indiqué, fléché quelques kilomètres alentours, le site accueille des milliers de visiteurs chaque année.

Fréquenté notamment par les écoles qui en tirent régulièrement de belles visites culturelles et pédagogiques, le Pôle Nature est fréquenté par environ 2000 scolaires par an. Les enfants, qui font d’excellents ambassadeurs reviennent souvent l’été avec leurs parents.

L’accueil du site est situé sur l’aire de repos de l’autoroute A837 dans le sens Saintes>Rochefort. Le site est accessible à pied depuis l’aire de repos qui revendique une certaine vocation culturelle. Les visiteurs qui transitent via l’aire de l’A837 représentent environ 5% du public global, ce qui est à la fois peu et beaucoup quand on pense que l’autoroute n’est pas, a priori, le dispositif le plus enclin à faciliter la prise de temps pour des visites culturelles. En revanche, l’aire de repos offre une belle vitrine pour découvrir la présence du site et des châteaux et y revenir un peu plus tard pour une visite plus approfondie.

Sur place, la visite guidée dure une heure et quart environ, durant laquelle les visiteurs plongent au coeur du minéral, jusqu’à douze mètres de profondeur pour une immersion dans l’ambiance de la carrière d’antan. Les commentaires du guide sont essentiellement ethnographiques et sociologiques car la volonté première du Pôle est de révéler comment vivaient et comment travaillaient les carriers durant les vingt siècles de l’exploitation de la pierre à Crazannes.

On parle de vingt siècles d’exploitation car les premiers blocs retirés l’ont été sous le Haut Empire, vers la fin du premier siècle après J.C. La carrière a fermé ses portes en 1948, trois ans après la fin de la Seconde Guerre Mondiale, avec l’arrivée du béton. La nécessaire reconstruction, rapide et économique, a favorisé le béton au détriment de la pierre de taille. Ce fut une catastrophe économique au village de Crazannes car les carriers étaient payés au bloc de pierre extrait et non au temps de travail. Quand la pierre ne s’est plus vendue, il n’ont donc plus gagné d’argent. La carrière ferma alors ses portes, à l’été 1948.

Intérieur des Carrières de la Pierre de Crazannes
Photographie par DS Souchon

Aujourd’hui, le lieu, classé “Pôle Nature”, abrite un biotope tout à fait particulier car l’espace est très humide, au coeur du calcaire, qui recouvre 99% du paysage minéral, et à plus de dix mètres de profondeur. Ainsi, la végétation qui a colonisé les lieux pendant près de 60 ans est aujourd’hui de type quasi-équatoriale. On a certes des prairies sèches-calcaires en surface avec quelques sous-bois, le climat est alors plutôt sud-méditerranéen, mais il suffit d’emprunter un escalier pour changer totalement de décors et se laisser leurrer par l’apparence d’une jungle équatoriale. Ce qui est magnifique à concevoir, c’est que toutes les parties creusées, en négatif, que l’on découvre dans ces carrières, on les retrouve en volume plein, disons donc en positif, dans les architectures du département telles que les églises, les chapelles, les fortifications, les écoles ou palais de Justice, etc.

Stéphane MAJEAU responsable du pôle Nature de la Pierre de Crazannes
Photographie par DS Souchon

La pierre, qui se travaille très bien, est maniée par des sculpteurs des Lapidiales de Port-d’Envaux qui viennent en résidence lors des animations estivales. Ces artistes sculptent des figures monumentales directement dans les parois. La réappropriation du lieu s’effectue donc aujourd’hui à la fois par la nature qui s’y développe et par les talents qui s’y expriment. Pour les jeunes, il existe des ateliers de sculpture de deux heures de travail de la pierre. Pour les plus jeunes, des ateliers de teinture sur pierre à partir d’éléments naturels tels que des fruits et des légumes pour retrouver des pigmentations. Chaque enfant qui passe par l’atelier repart avec sa sculpture comme souvenir de son travail.

www.pierre-de-crazannes.fr

Laisser un commentaire