« Il y avait pourtant une suite prévue,…

« Il y avait pourtant une suite prévue, une suite annoncée, une suite promise ? Faut pas exagérer. Mais enfin, l’hypertexte était clair, “ à suivre ” ne semblait pas signifier autre chose qu’une suite. Et pourtant malgré la prévision, l’annonce et la promesse – disons les choses ainsi – vous n’allez pas tarder à vous rendre compte que ça n’a pas suivi. Je vous disais – il y a quelques semaines – enfin je m’étais arrêté à ce moment où. Vous vous souvenez peut‑être. C’était un récit à l’écriture assez classique, qui sent fort le humus et la dystopie. Le narrateur s’y baladait en forêt. Dans une forêt de la Coubre corrompue par les années de privatisation dont l’économie croissante va avec un désir populaire de régénérescence psycho‑verte. Tout une économie a fleuri autour de ce nouveau pôle et la forêt de la Coubre, comme d’autres, est devenue une espèce de parc de méditation. Un parc de méditation privé, clôturé, baptisé Soleil Palmyre où l’on paye son entrée par abonnement et sa cueillette de champignons certifiés comestibles à la sortie. Dans le récit du numéro 18 des Mouettes du 17 (le précédent), le narrateur, un peu sceptique au départ (dès le numéro 17 en fait), finit par se prendre au jeu de la balade en forêt. Oui mais voilà, arrivé devant la sortie de Soleil Palmyre, alors qu’il passe le portillon pour rejoindre son véhicule qui stationne sur le parking, il est interrompu par une gardienne homologuée. – Je suppose que ça signifie qu’elle a un badge, mais ce n’est pas précisé dans le texte – et qui lui dit – on peut imaginer qu’elle le lui dit sèchement – “ Monsieur, service des douanes ”. Juste après cette apostrophe, l’hypertexte annonciateur intervient avec le fameux “ à suivre ”. Et c’est là où le bât blesse. Car l’histoire s’arrête ici. J’ai bien étudié la question, j’ai regardé les autres pages de la revue, et rien. Alors, voilà, je sais que c’est un peu fantaisiste, peut‑être même limite complotiste et je ne veux pas créer de fausse rumeur. Mais s’il faut prendre un risque, quel risque ? Je suis prêt à postuler que »

Voilà chef. / Non, c’est pas tout le texte, ça continue après. / Je ne sais pas il délire. Il accuse publiquement la douanière d’avoir intercepté le récit du narrateur. / Oui je sais qu’on ne peut pas laisser passer ça. / Bah non mais c’est complètement illégal comme récit de toute façon. Elle a juste fait son job. Le mec est en story, il sort du parc en racontant n’importe quoi, évidemment qu’elle l’intercepte. / Ok. / Parfait, je fais ça./ Je reprends à partir d’où ? L’entrée dans le parc ? D’accord. Et je dis quoi ? / Parfait, c’est noté ! “ weekend de rêve ” ; “ sylvio thérapie régénératrice ” ; “ bonheur ” ; “ épanouissement et liberté ”. C’est parti, j’envoie tout ça à la rédac’ ! Merci chef !

La fiction d’Étienne Tellant


Journée radieuse à Palmyre Soleil !

Par une belle journée de