Crumble aux pommes du Fournil du Maine Allain

Crumble au Pomme du Fournil du Maine Allain

A Propos du Fournil du Maine Allain

L’établissement a gagné sa renommée grâce des produits d’exception et entièrement faits maison. Les produits choisis et travaillés proviennent de productions locales. Citons par exemple ses fruits, issus des voisins Vergers du Maine Allain.

La Recette

Ingrédients
  • 300 g de pâte brisée de chez votre boulanger
  • 1 kg 600 de pommes Belchard
  • 100 g de sucre glace
  • 100 g de poudre d’amandes
  • 100 g de farine
  • 100 g de beurre
Étaler la pâte brisée à l’aide d’un rouleau à pâtisserie.
Préparation des pommes
Couper les pommes en 4 après les avoir épluchées avec un épluche pomme, sinon faire des rondelles de 3 mm avant de les couper en 4.
Disposer les pommes sur la pâte brisée.
Crumble
Effriter le beurre frais, préalablement coupé en morceaux, le sucre glace, la poudre d’amandes et la farine.
Ajouter ce mélange « crumble » sur les pommes et bien le répartir.
Cuire au four à 180°C (thermostat 6).
À la sortie du four, saupoudrer le crumble avec du sucre glace.

Plus d’info sur Le Fournil du Maine Allain :

Localiser

Horizon sur verre 1/3 – La providence d’une île

La providence d’une île

Sombrement qualifié d’architecte cynique de son vivant, Gorthèze Jiallat avait pourtant été l’un des génies de son époque et au delà. Ses architectures pragmatiques appartenaient de toute évidence à la part la plus brillante de
l’esprit humain de son temps. Elles avaient pour le moins eu le mérite de permettre la survie de millions de terriens face au désastre écologique, largement annoncé dès la fin du 20è siècle et provoqué par une part plus ramollie de l’esprit humain du même temps. Cofondateur de l’Observatoire du Design Littoraliste, il avait consacré sa vie à élaborer des architectures de résistance aux conséquences du changement climatique. Les polémiques qui naissaient autour des réalisations de Gorthèze Jiallat prenaient principalement leur source dans la politique d’anticipation de l’architecte. Son principe de travail était simple ; il consistait en la construction d’infrastructures répondant aux futurs enjeux écologiques, anticipés et déterminés par les experts de l’O.D.L. Il fallait reconnaître aux polémistes d’alors que les bâtiments et infrastructures réalisés par Jiallat, devant faire face à leur propre anachronisme, pouvaient apparaître comme relativement inutiles dans leur fonction promise au moment de leur apparition. Toutefois, les esprits les plus aiguisés et consciencieux défendaient vigoureusement la force de prévention des propositions architecturales. Argumentant sur leur capacité à résister d’une part à des risques météorologiques extrêmes, d’autre part à l’obsolescence programmée qui guettait la plupart des constructions nouvelles. Ce dernier point garantissait de bonnes économies de budget sur le long terme et validait largement la valeur de ces propositions auprès des services publics. Le principal ennui auquel il avait fallu faire face lors de la promotion des premiers travaux était l’aspect démoralisant de l’entreprise. Il fallait être d’une mauvaise foi compétitive pour ne pas admettre à quel avenir déplaisant elle s’adressait. Même après trois siècles de prophéties désastreuses, la disparition de milliers d’espèces animales, l’assèchement des terres, un niveau océanique augmenté de trois mètres sur trois siècles et de nombreuses autres catastrophes qu’il serait fastidieux d’énumérer ici, malgré tout ça donc, l’opinion publique semblait plutôt convaincue que la situation n’allait pas si mal et qu’elle ne risquait pas vraiment d’empirer. Cette attitude qui pourrait être un peu hâtivement taxée d’optimisme et à laquelle on appliquera le terme plus légitime d’inconséquence, obligea les promoteurs immobiliers et services publics à redoubler d’imagination pour valoriser le travail de Gorthèze Jiallat. S’organisèrent alors des think tanks dans les bureaux des promoteurs afin de trouver le meilleur angle d’attaque et d’inventer des formules comme “Contre le pire qui nous attend, bâtissons le meilleur dès maintenant” ou encore “Ne visons ni les astres ni le désastre, voyons venir l’avenir” et autres propositions plus ou moins inspirées qui occupaient par la suite les palissades autour des imprimantes 3D monumentales qui donnaient corps en quelques jours aux idées de notre architecte.
Originaire de l’île de Ré, petite île de l’ouest de la France dont la surface avait diminué de près de trente pour-cent depuis l’accélération du réchauffement climatique au tournant du 21è siècle, Gorthèze Jiallat avait dessiné pour cet endroit une architecture expérimentale monumentale conçue pour préserver l’île de l’engloutissement total. Ré ayant subit l’exode de la quasi totalité de ses habitants, Jiallat dut trouver le moyen d’encourager les investisseurs. Espérant y parvenir, il implanta sur l’île le siège de l’O.D.L. et fit bâtir des logements privés pour les nombreux employés de l’Observatoire et leur famille. Ils furent les premiers cobayes volontaires de cet urbanisme incertain.
Fiction par Etienne Tellant

l’Univers du Feu

Photo d'un Poêle à granulé, installé par l'univers du feu
Univers du feu a su se distinguer dans le secteur du chauffage par une conscience accrue de l’esthétisme et du bon goût ainsi qu’un suivi technique haut de gamme. Si les magasins d’électroménager proposent généralement de larges gammes de chauffages en série, il n’est en revanche pas si simple de trouver chaussure à son pied quand il est question de mariage des formes et des couleurs avec son intérieur.

Continuer la lecture de « l’Univers du Feu »

La Métairie, un gîte varzéen

Photographie de paysage à Varzay
Façade extérieur du gîte La Métairie à Varzay
Photographie DS Souchon

Situé au coeur d’un paysage bucolique sur la commune de Varzay, le Gîte La Métairie constitue un cadre idéal pour séjourner dans une atmosphère de détente heureuse. Authentique et cosy, le gîte de la Métairie séduit par son esthétique traditionnelle.

Bâti dans l’écrin d’une ancienne grange rénovée au goût de la tradition régionale, le gîte de la Métairie est un établissement pittoresque tenu par Nathalie et François, tous deux originaires du département.
François, éleveur vacher et agriculteur de métier s’est associé à sa femme Nathalie, aux commandes du gîte, pour recevoir ensemble leurs hôtes dans la bonne humeur et les guider pendant leur séjour.
Favorisant l’aspect rustique, la propriété se pare d’une façade charentaise dont les pierres apparentes aux teintes claires habillent les lieux d’une source lumineuse apaisante. À l’intérieur on favorise un ton champêtre joué par des bois bruns et des couleurs pastel pour une harmonie générale adoucie et réconfortante.
Une des chambres du gîte la Métairie à Varzay

Plus d’info sur Le Gîte la Métairie :

Site internet
Page facebook
Localiser

Ouverture de la chasse

Mouettes sur le départ

L’ouverture générale de la chasse a lieu le deuxième dimanche de septembre, juste après l’ouverture anticipée du canard et de la caille.
Pour les plus jeunes chasseurs, il s’agira d’une première ouverture et donc de leur première expérience de chasse en autonomie. Même si l’on peut généralement constater que la population des chasseurs est vieillissante, l’on assiste tout de même à un renouvellement générationnel dont les credos et comportements de ces nouveaux chasseurs sont encourageants pour l’avenir de la discipline. Globalement plus responsables et attachés à l’éthique, ils sont aussi parfois très attirés par la chasse alternative qu’incarne la chasse à l’arc et qui introduit un style plus discret et athlétique. Par ailleurs, la responsabilisation scientifique des jeunes chasseurs en matière d’écologie les engage de plus en plus sur le terrain de la protection de la faune et de son habitat. Peut-on, à ce stade, imaginer une réconciliation de la chasse et de l’écologie? à voir en fonction des prises de conscience à venir ! Mais ce dont on ne peut plus douter c’est bien de la présence remarquable de plus en plus d’écologistes dans les rangs des nouveaux chasseurs.